Epreuve

Avatar Benj

Benj

Pas à ma connaissance.

Avatar chris14

chris14

Bonjour

aucune modification sur la nature des épreuves définies par l'arreté du 22 juin 2011, la modification par l'arreté du 6 juin 2019 porte uniquement sur l'organisation de l'examen par les organismes de formation.

Peux tu nous indiquer ses souces......

Cordialement

Christian

Avatar LeBaron

LeBaron

Bonjour !

Comme indiqué ci-dessus, les textes réglementaires codifiant les épreuves et leurs conditions de validation pour examen BNSSA n'ont pas été modifiés à ce jour.

Ce responsable ne fait il pas allusion à l'organisation par son organisme ou sa structure de formation en interne des épreuves ?
Peut il effectivement étayer ses dires ?

Personnellement j'étais sceptique du fait que l'Etat se dégagent du jury et le laisse aux associations qui deviennent de ce fait juge et partie (voir la composition du jury prévue à ce jour).
Néanmoins, je suis sûr que la majorité agissent sérieusement pour la formation et pour l'examen.

Mais par exemple, la circulaire (NOR IOCE 1129170C) dit que le candidat est éliminé s'il n'a pas réussi une des quatre épreuves et qu'il ne garde pas le bénéfice de celles réussies.

Alors, sur la même session :

- est ce qu'un candidat peut demander à retenter une épreuve qu'il aurait raté et y être autorisé par le jury ?

- ou le jury peut il lui proposer ce nouvel essai ?

- ou le jury, à l'issue de l'ensemble des épreuves, peut il valider un candidat qui aurait raté de peu une seule des épreuves ?

Avatar Benj

Benj

Merci @chris14 et @LeBaron pour vos messages

Au sujet de l'organisation des épreuves par les organismes, il y a en effet peut être des choses à corriger sur le site. Il faut que je fasse une grosse vérification.

Sinon @LeBaron, je me pose les même questions que toi et suis très intéressé par des retours.

Avatar Le baron

Le baron

Bonjour Benj !

Heureux de pouvoir échanger sur la sécurité et le sauvetage aquatique sur ce site qui est une aide précieuse pour les candidats et les formateurs.

Ces derniers doivent maintenir à niveau leurs connaissances sur la réglementation qui n'est pas figée.

Concernant les descriptifs des 4 épreuves pour l'examen du BNSSA sur le site, après relecture, ils sont conforment à l'arrêté du 22 juin 2011 qui les a défini.
Néanmoins il manque certaines des précisions apportées par la circulaire N° NOR/IOCE/ 11.29170.C du 25 octobre 2011, particulièrement les préconisations de l'annexe 3.

C'est peut être les "changements" évoqués par le responsable de GaryLasticot s'il n'en avait pas connaissance.

A SAVOIR :

- épreuve 1 (100m) =
"une tolérance de 3 secondes d'immersion du visage SUR L'ENSEMBLE DE L'EPREUVE (25m MANNEQUIN) peut être considérée comme acceptable"

¤¤¤ Bizarrement la consigne de ne pas s'aider de l'anneau lors de la remontée du mannequin sur cette épreuve n'apparait pas sur les textes réglementaires alors qu'elle est précisée pour l'épreuve 2 (250 PMT).

- épreuve 2 (250m) =
"Lorsque le signal de départ de l'épreuve est donné, le candidat est derrière le plot, son matériel (PMT) à la main"

"tolérance d'immersion du visage du mannequin de 3 secondes sur L'ENSEMBLE DE L'EPREUVE (sur les 50m)"

- épreuve 3 (secours à une personne en milieu aquatique) =
"le candidat peut, en cas d'échec à la première tentative de sortie d'eau, se faire aider par un second sauveteur (...) le candidat en cours d'évaluation DOIT GUIDER la manœuvre."

- même tolérance pour l'immersion de 3 secondes du visage de la victime sur le remorquage.

- PRECISION IMPORTANTE PAR LA CIRCULAIRE :

"le jury DOIT EN PERMANENCE garder à l'esprit L'OBJECTIF DE L'EVALUATION imposé au candidat; A SAVOIR SA CAPACITE A REALISER UN SAUVETAGE AQUATIQUE selon les modalités définies. IL CONVIENT DE BANNIR TOUT RIGORISME DANS L'EVALUATION DES LORS QUE CET OBJECTIF EST ATTEINT."
Je comprends que cette consigne concerne le récit succinct une fois sortie de l'eau et qu'on ne peut éliminer un candidat sur cette partie si cette sortie d'eau est réussie.

- épreuve 4 (QCM) =
les copies rendues sont anonymes;
"aucun candidat ne peut être admis à la suivre dès lors qu'elle a débuté et ce, quelle qu'en soit la raison."

Voilà pour la réalisation des épreuves.

Le BNSSA a des responsabilités importantes dans le cadre de la sécurité et du secours aquatiques.
Candidats comme formateurs doivent en être conscients; préparation et examen doivent être rigoureux.
Et tous ceux qui ont un jour porté secours, en se mettant à l'eau, savent ou ont pris conscience de l'importance du maintient des capacités physiques.

===============================================

Concernant mes interrogations sur les "secondes chances" si échec à l'une des épreuves, vu le chapitre 4 de la circulaire N° NOR/IOCE/ 11.29170.C du 25 octobre 2011 (extraits ci-dessous), je l'interprète de la manière suivante :

- "Placée sous l'autorité président du jury, LA DELIBERATION A LIEU A L'ISSUE DE L'ENSEMBLE DES EPREUVES DE LA SESSION D'EXAMEN. Elle n'a de valeur que si l'ensemble des membres est présent et donne lieu à L'ETABLISSEMENT D'UN PROCES VERBAL."

- La remise de ces attestations (réussite, formation) est faite lors de la proclamation des résultats qui suit IMMEDIATEMENT les délibérations."

- "un candidat qui n'a pas réussi l'une des quatre épreuves est éliminé."

>>> le candidat choisit seul de poursuivre l'examen en cas d'échec à une seule des épreuves
PUISQUE, VU LA CIRCULAIRE, LA DELIBERATION DU JURY "SE FAIT A L'ISSUE DE L'ENSEMBLE DES EPREUVES DE LA SESSION D'EXAMEN".

>>> de même c'est à lui de solliciter le président du jury pour une autre tentative qui sera acceptée ou non par décision du jury;

>>> le président est responsable du déroulement de la session et le jury est souverain pour ses décisions.

Dans cette situation, l'équité est de mise pour tous les candidats car le risque éventuel est un recours contre les décisions du jury.

Qu'en pensez vous ?

Avatar chris14

chris14 - modifié 1 minute après

Bonjour @ le baron

Merci pour tes remarques.
Concernant la délibération du jury, elle était interessante dans le cadre de l'ancien BNSSA avant 2011 où les épreuves étaient notées et on pouvait éventuellement remonter une note et admettre un candidat (je participe à des jurys BNSSA depuis 1979)
Avec la réforme de 2011 où les épreuves sont faites ou non faites (à part la note du QCM), il est beaucoup plus difficile de repêcher un candidat.
En effet, les temps sont déjà suffisamment larges et les épreuves beaucoup plus faciles qu'avant et cela évite au moins d'avoir des sauveteurs qui sont incapables de ramener quelqu'un en mer comme j'ai pu le voir ces dernières années.
Donc pour moi, pas de 2è chance - le seul à qui on a donné cette chance est un candidat dont la vitre du masque a explosé lors du départ PMT ce que je n'avais jamais vu jusque là.Après accord de tout le jury

Je te rejoins sur la nécessité de devoir continuer à s'entrainer.

Concernant l'épreuve 3 du secours à personne, c'est en effet la plus litigieuse.
En effet, les victimes ne font pas le même gabarit et certains candidats peuvent être avantagés et malheureusement certains jury ne jouent pas forcément le jeu. (évidemment dans la réalité, on ne choisit pas).
Pour moi, j'ai toujours testé la bonne tenue et l'efficacité du rétropédalage sans me débattre exagérément - si on le veut vraiment, on peut facilement éliminer un candidat sur cette épreuve - au président du jury d'être vigilant.

Cordialement

Christian

Avatar Le baron

Le baron

Bonjour Christian !

Merci à toi aussi pour tes remarques et réflexions.

Comme toi, j'ai connu les différentes réformes du BNSSA.

Comme tu le dis aussi, la dernière mouture des épreuves (arrêté et circulaire de 2011) pour cette examen a le mérite d'être claire avec des chronos à respecter et des repères aux examinateurs (visage 3s, appuis, 30 sur 40, etc).

Donc si le candidat se présente, c'est qu'il estime être prêt et que sa formation l'a mis à niveau.

Néanmoins le paragraphe 4 ) DELIBERATION - PROCLAMATION fait bien partie de la circulaire d'application suite à l'arrêté pour la dernière réforme des épreuves du BNSSA (2011).

"un candidat qui n'a pas réussi l'une des épreuves est éliminé" est le dernier item de ce paragraphe qui a lui aussi le mérite d'être clair.

Mais en considérant ceux d'avant, je comprends qu'un candidat PEUT faire l'ensemble des épreuves.

Et comme ton exemple de 2ème chance accordée, il peut y avoir des situations EXCEPTIONNELLES qui seront examinées par l'ensemble du jury avec une décision finale du président.

Pour l'épreuve n°3, je fais exactement comme toi car il est vraiment facile de neutraliser le candidat ou de le mettre en grande difficulté dans le bassin.

Mais mon interprétation de la préconisation de la circulaire pour cette 3ème épreuve est qu'un candidat qui a réussi la sortie d'eau (même en se faisant aider), dans les règles de l'art, n'a plus rien à craindre d'un examinateur zélé sur le récit succinct de son intervention et de ses suites.

Je pense en particulier à des questions sur le secourisme pour lequel le candidat est compétent puisque titulaire à minima du diplôme PSE 1.
Là aussi, il serait facile de piéger les candidats formés récemment.

L'épreuve de secourisme a été supprimée à cause de l'incohérence de l'élimination de personnes à cet examen alors qu'ils étaient titulaires de ces compétences.

Merci à toi.

Salutations.

Répondre